L’anecdote qui suit nous vient de Serge Ouaknine à propos du metteur en scène polonais Jerzy Grotowski, l’inventeur du théâtre pauvre, veritable école philosophique du théâtre. Un jour, alors qu'il revenait de Suède, Grotowsky posa la question suivante : "Que doit faire un homme quand il a atteint ses objectifs artistiques, quand il a enfin comblé ses ambitions sociales?..." Serge Ouaknine cherche une réponse spirituelle, il a vingt-et-un ans, et c’est avec idéalisme emprunt d’innocence qu’il répond : "Il doit se retirer en silence puisqu'il a obtenu la paix avec lui-même." Le maître de théâtre s’écrit : "Non! Il doit poursuivre comme s'il ne savait rien. Il doit continuer le simulacre de la quête, du savoir et du non-savoir car la société ne comprendrait pas son silence et vomirait les fruits de son triomphe. L'homme doit continuer à vivre avec les siens, même si son désir est de se retirer. Il doit poursuivre son combat... pour son propre salut." Et comme Serge Ouaknine réagit alors : "Mais c'est là perpétuer sa conscience malheureuse!" Grotowski ajouta: "Il faut faire et poursuivre comme avant. La seule différence entre avant la gloire et après, c'est la distance intérieure." Il y a du Grotowski chez Tchouang-Tseu et chez les Boddhisatvas du grand véhicule.